De trop !





de-trop


L’année 2023 en termes de mauvaises nouvelles s’est ouverte avec un accident grave à l’entrée de Yamoussoukro avec des dizaines de morts. La série noire se poursuit avec une des cas de suicide dont trois enregistrés en moins de dix jours. En 2021 déjà, une étude plaçait la Côte d’Ivoire au troisième rang des pays africains comptant le plus grand nombre de cas de suicide.  Selon cette enquête,  durant la période d’étude (1er janvier 2013 au 31 décembre 2020),  24 000 décès, dont 101 cas de suicide confirmés ont été enregistrés. Les suicidés exerçaient une activité de type privé (58,4 %). Les décès surviennent généralement dans un contexte de dépression (37,6 %) et parfois sans facteur de risque (29,7 %).  Les asphyxies mécaniques étaient les méthodes les plus fréquemment utilisées. Et les enquêteurs avaient insisté sur le fait que le caractère violent de l’acte suicidaire justifiait la nécessité de mesure préventive par les pouvoirs publics et les professionnels de la santé mentale.

Les pouvoirs publics devraient promouvoir des programmes de prévention adaptés aux réalités des populations et les professionnels de santé surtout en santé mentale devraient renforcer la prise en charge des personnes présentant des prédispositions suicidaires afin de réduire d’avantage le taux de suicide. Il faut car le phénomène qui était loin de nos frontières commence à faire de plus en plus de victimes. En attendant des études plus approfondies sur les causes de ces suicides, il est grand temps de se pencher sur ces cas afin de les prévenir. Pour l’heure chacun y va de son commentaire en accusant l’accès des jeunes  de plus en plus facile à la drogue et à l’alcool. Il faut aller plus loin afin de freiner cette propension à penser que se donner la mort, met fin à nos problèmes.

 

Khodo

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Algérie : des incendies attisés par une vague de chaleur font plusieurs morts

Voici les conclusions et recommandations du 7e congrès africain des comptables