Limitation d'âge, cherté de la vie, présidentielle 2025, Anaky Ange (Vice-président de LIDER) crache ses vérités au pouvoir Ouattara





limitation-dage-cherte-de-la-vie-presidentielle-2025-anaky-ange-vice-president-de-lider-crache-ses-verites-au-pouvoir-ouattara


En mission dans la capitale ivoirienne, Anaky Ange-Patrick, Vice-président de LIDER chargé de la Solidarité, des Affaires sociales et de la Protection maximale de l'enfance a livré les raisons de sa présence sur les bordures de la lagune Ebrié. Il a saisi l’occasion pour passer au scanner la gestion du régime Ouattara. 

Quelle est la raison de votre passage à Abidjan ?

Je suis venu échanger avec la Direction de mon parti et recevoir les dernières instructions car nous sommes dans une phase de redynamisation du parti. Mais je suis venu également échanger avec d’autres leaders politiques. J’ai eu des échanges fructueux avec Blaise Lams jeune cadre du PPA-CI. Nous avons parlé de l’actualité politique. Nous avons des points de vue identiques sur certains sujets. Nous avons décidé de continuer la discussion.  J’ai échangé avec l’ex-ministre Anaky Kobena et d’autres personnalités politiques et de la société civile. Nous avons essentiellement parlé des élections locales de 2023 et de la présidentielle à venir. Aussi, nous avons parlé de l’après 2025 car nous voulons poser dès maintenant les bases d’un lendemain meilleur pour notre pays après toutes ces crises électorales.  

Pourquoi ce silence du Pr Mamadou Koulibaly?

A la suite des dernières élections présidentielles de 2020, le Professeur Mamadou Koulibaly a décidé de prendre un peu de recul pour mieux observer la situation politique. J’ignore les raisons profondes de ce retrait mais je le sais intelligent et très chevronné dans l’art politique donc je suis convaincu qu’il rebondira le moment venu.

Avec le nouveau président est-ce qu’on peut affirmer que LIDER amorce un nouveau départ ?

Au lendemain du congrès de juillet 2021, nous avons porté à la tête de notre parti un  grand président. Dr Rock Omer Kraidi est un leader efficace. Il a beaucoup appris auprès du professeur Mamadou Koulibaly.  Le président Rock a su tendre la main à tous les camarades pour relancer la machine LIDER. Mieux, il a ouvert le dialogue avec d’autres formations politiques pour montrer l’ouverture d’esprit de notre parti. Nous sommes dans une bonne dynamique.

Quel est votre commentaire relativement au bilan du pouvoir Ouattara

On aperçoit la réalisation d’infrastructures surtout routières dans certaines localités même si après des pluies torrentielles, ces routes se dégradent fortement d’où le surnom de « goudrons biodégradables » donné par les ivoiriens aux routes construites sous le régime Ouattara. Malgré la réalisation de quelques infrastructures de base, pour moi le mal est profond car le pouvoir actuel ne met pas l’accent sur le capital humain. Le président Alassane Ouattara est dans un état d’esprit de doing business. Il est porté sur les prêts. Ce qui endette considérablement le pays. Dans sa gestion de la chose publique, M. Ouattara ignore certains domaines sans lesquels aucun développement durable n’est possible. Un exemple, l’école ivoirienne est plongée dans un coma depuis plus d’une décennie. Le rapport 2019-2020 du Programme d’Analyse des Systèmes Educatifs (PASEC) place la Côte d’Ivoire avant dernière du classement des systèmes éducatifs en Afrique Francophone. Le régime d’Abidjan doit comprendre que tout n’est pas une question de construire des routes et des ponts. Mais il faut investir dans la formation avec des Hommes compétents. Aussi, aujourd’hui, les ivoiriens vivent dans un stress permanent car la vie est de plus en plus chère. Il faut repenser la politique en Côte d’ivoire. LIDER a toujours proposé une politique qui met l’homme au cœur de toutes les actions gouvernementales. Il faut un plan stratégique d’urgence pour aider les plus vulnérables en mettant à leur disposition un fonds d’aide et de soutien. Sinon on bâtit sur du sable.

LIDER pense former des alliances lors des élections locales et présidentielles à venir ?

Nous ne sommes pas fermés au jeu d’alliance car la politique c’est la saine appréciation des réalités du moment. Cependant, nous n’allons pas nouer des alliances à n’importe quel prix. A mon avis, une alliance avec d’autres partis est possible si nos projets de société s’embrassent. Car LIDER a des valeurs chères que ses dirigeants défendent depuis des années.

Il y a des élections locales en 2023. LIDER est prêt à participer ?

Notre parti et nos cadres sont prêts comme toujours. Le moment venu, la Direction du parti se prononcera sur la question. Mais je peux vous rassurer que nous avons des cadres compétents pour défendre valablement notre parti dans plusieurs localités du pays.

On peut compter sur vous en politique dans les années à venir?

Je suis en politique pour une véritable carrière et je me donne les moyens pour y arriver. Je ne viens pas dans l’arène politique par manque mais je viens pour mieux servir mon pays et les Ivoiriens dans un avenir proche. Dans la région du Moronou d’où je suis originaire, Je veux faire quelque chose de bon pour cette région également. C’est juste une question de temps.

Votre commentaire relativement à la polémique sur la limitation d’âge pour la présidentielle de 2025 ?

Ce sera beau d’avoir un président jeune au soir du 31 octobre 2025. Mais c’est au peuple de décider d’une limitation d’âge ou pas. Il suffit juste de poser la question aux Ivoiriens par voie référendaire. Car un candidat de 85 ans avec un projet de société innovant et réalisable peut battre un autre de 40 ans. Donc l’âge n’est pas nécessairement le problème. Les gens sont juste fatigués de la caporalisation de la vie politique par ceux qu’on appelle les trois grands (Gbagbo, Bédié et Ouattara).

Pour vous Alassane Ouattara peut briguer un 4ème mandat ?

Vous parlez de 4ème mandat. Il y a déjà problème car la Constitution ivoirienne limite le nombre de mandat à deux. Le 3ème mandat est déjà illégal. A un moment donné, il faut avoir honte et se rappeler de tous ces morts qui ont entaché le passage en force du RHDP pour le 3ème mandat. Des morts et leurs familles qui réclament toujours justice sans être entendu à l’image du jeune Toussaint décapité dont les assassins sont en liberté. Je conseillerais au chef de l’Etat de se choisir un cadre au RHDP pour les élections présidentielles de 2025 pour qu’on évite d’autres morts.

Votre avis sur le dernier gouvernement dit ‘’resserré’’ d’Alassane Ouattara et la nomination de son Vice-président.

On a juste fait du neuf avec du vieux. Ce sont les mêmes ministres qui ont été reconduits. Le vice-président est un maillon faible qui joue le jeu d’Alassane Ouattara. Méconnu des ivoiriens, sans ancrage politique, Tiémoko Meyliet Koné est juste un pion de Ouattara. C’est une stratégie voulue par M. Ouattara pour sûrement surprendre ses adversaires le moment venu. On sait comment Alassane Ouattara fonctionne et on sait qu’il est un adepte des forcings donc on attend tous de voir ce que le patron du RHDP prépare pour 2025. L’heure ne doit plus être au discours au sein de l’opposition mais à la réflexion de stratégies pertinentes pour un changement légal de régime au soir du 31 octobre 2025.

Votre mot de fin aux ivoiriens

Les ivoiriens font preuve de résilience malgré les énormes difficultés. Je suis fier de mon parti, des militants et de son leader, Rock Omer Kraidi. Notre parti est toujours aux côtés des populations ivoiriennes et travaille méthodiquement pour partager avec chaque ivoirien son projet dans une paix sociale retrouvée.

 

 

 

Propos recueillis par GZ

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Les jeunes parlent, la Françafrique décide

Le Chef de l’Etat lance les travaux d’amélioration du réseau routier de Yamoussoukro