Quelques jours après sa démission, Guillaume Soro rend hommage à Amon Tanoh, pour sa loyauté et sa fidélité à Ouattara





Lettre de Soro à Amon Tanoh,démission


 

L’ancien président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, Guillaume Soro, dans un long courrier adressé à Marcel Amon Tanoh, quelques jours après sa démission, a rendu un témoignage des actions menées par celui-ci auprès de l’actuel président de la République Alassane Ouattara.

"Nous avions uni nos efforts et nos intelligences pour que Monsieur Ouattara puisse regagner la Côte d’Ivoire", a écrit Guillaume Soro qui dit se permettre de "faire ce témoignage parce que de tous les collaborateurs de Monsieur Ouattara, (Amon Tanoh) a été celui qui a fait preuve de courage et de sacrifice pour son succès d’aujourd’hui".

Il a rappelé les privations, les humiliations, les souffrances qu’ils ont subi en ces temps de braise, au moment où certains proches de Ouattara ont préféré "l’exil doré de l’Hexagone".

Revenant sur la démission d’Amon Tanoh, M. Soro n’a pas manqué de dire que ceux qui ont fui hier seront les premiers à lui jeter la pierre de l’ingratitude.

"A contrario, certains qui, aujourd’hui jouent les loyaux avec obséquiosité, hier avaient parié que jamais Alassane Ouattara ne serait président de la Côte d’ivoire. Et toi Marcel, tu le sais aussi bien que moi", a rappelé M. Soro, regrettant que l’homme pour qui nous ils ont consenti tant de sacrifices, s’était éloigné de l’idéal commun.
Parlant de sa démission et celle de Marcel Amon Tanoh, il dit "trouver bien curieux que ceux qui ont eu le courage de leurs opinons dans l’équipe de Monsieur Ouattara et de les affirmer avec sincérité, soient devenus des parias".

S'agissant de sa démission, Guillaume Soro a expliqué qu'il "ne pouvais rester au RHDP dans ces conditions d’indignité", ajoutant qu'il est "parti le cœur léger, l’âme en paix, voguant pour l’aventure de ses convictions".

"Je préfère te prévenir que la calomnie, la méchanceté te frapperont comme je l’ai été et le suis encore !", a averti Soro, tout en souhaitant bon vent et plein succès au nouveau démissionnaire à qui il a conseillé courage, résilience et tolérance vis-à-vis de ceux qui "dans la brume crépusculaire, (leur) en ont tant voulu, quelquefois mortellement".

"A ceux qui nous jettent aujourd’hui la pierre, je rappelle qu’il est dit dans la Bible que les premiers seront les derniers. Ceux qui aujourd’hui nous jettent, avec rage, les premières pierres de la haine, doivent retenir qu’ils recevront les dernières pierres de la justice divine", a-t-il terminé.

Lambert KOUAME

 

En lecture en ce moment

Lutte contre le cancer : l’Etat va construire un centre régional de radiothérapie et d’oncologie médicale

Coronavirus: le PDCI invite les populations au strict respect des mesures prises par le Gouvernement et s'interroge