Liberté sous condition refusée : bis repetita pour Gbagbo !







Les ‘’GOR’’ ou ‘’Gbagbo ou rien’’ ont encore battu le pavé pour rien le 6 Février 2020 à la  Haye. Ils ont fait du boucan devant la CPI  après avoir ameuté tous les ‘’sans papiers’’ d’Europe à les rejoindre dans la rue. La justice internationale n’a pas regardé à cette mobilisation pour déclarer Laurent Gbagbo totalement libre de ses mouvements. En tout cas, ce n’est pas demain que l’ancien Chef de l’Etat va de nouveau humer l’air frais de la liberté totale. Il en est de même pour son co-accusé, Charles Blé Goudé, ‘’l’ancien ministre de la rue’’ de Laurent Gbagbo, qui avait fait hier de la détestation de la communauté internationale sa tasse de thé et pis fut l’auteur du fameux ‘’article 125’’ qui a fait beaucoup de victimes également hier dans la commune de Yopougon.

La Procureure de la CPI, madame Fatou Bensouda, tient  le bon bout et semble dire à l’ancien ‘’bourreau’’ des 3000 morts  de la crise  postélectorale : ‘’tout comme vous M. Laurent Gbagbo, j’irai jusqu’au bout !’’. La ‘’dame de fer’’ de la CPI ne lâche pas prise et vient encore de ruiner les espoirs des ‘’GOR’’ qui n’ont que leurs  yeux depuis ce 6 Février 2020 à pleurer le maintien dans les liens de la liberté conditionnelle de leur ‘’dieu’’.

Fatou Bensouda a un dossier en béton, avec toujours de nouveaux éléments qui viennent ruiner les espoirs de ses ‘’suiveurs’’. C’est reparti depuis le 6 Février 2020 pour le maintien de Laurent Gbagbo en Belgique jusqu’après le 31 Octobre 2020. Les avocats de l’Etat de Côte qui étaient à cette audience, l’ont clairement signifié aux juges de la Cour pénale internationale : ‘’libérer Laurent Gbagbo maintenant pour un retour en Côte d’Ivoire, c’est ouvrir grandement la voie pour un retour au galop à la violence politique, à la chienlit et au désordre’’. Leçon de sagesse politique bien reçue par les juges du Tribunal pénal international qui ont suivi les avocats de l’Etat de Côte d’Ivoire dans leur requête. ‘’Boribana’’ pour l’ancien Chef de l’Etat ivoirien qui ne pourra pas être candidat à la prochaine présidentielle au bord de lagune Ebrié.

Adieu donc ces joutes électorales d’Octobre 2020. Espoir définitivement ruiné pour les ‘’GOR’’ et pour leur ‘’mentor’’. Fatou Bensouda ne décolère pas contre le contestataire des résultats de la présidentielle de 2010 qui donnaient le candidat Alassane Ouattara  vainqueur devant Laurent Koudou Gbagbo.

Et silence radio dans le camp des ‘’GOR’’ depuis ce jeudi noir 6 Février 2020. Joie, allégresse, danses dans le camp des parents des victimes en Côte d’Ivoire.

Ainsi va  la vie.

Bonne lecture à tous et à lundi prochain, inch’Allah !

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

CI : La première édition des Oscars de la société civile ivoirienne lancée

La vaccination désormais gratuite et obligatoire pour les enfants et les femmes enceintes