Prendre son destin en main







Fin de suspense. Guillaume Soro est candidat à l’élection présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire. L’annonce tant attendue de cette candidature vient d’être faite par le concerné, à la joie de ses fans qui ne rêvent plus qu’à son installation effective dans le fauteuil présidentiel en 2020.

Guillaume Soro est le premier poids lourd de la politique nationale à se déclarer candidat à la prochaine présidentielle ivoirienne. Un timing assez évocateur de sa détermination à briguer la magistrature suprême de son pays. Une annonce qui vient soulager nombreux de ses partisans récemment gagnés par la confusion, à cause de rumeurs qui annonçaient un probable retour de leur champion au Rhdp. Désormais, tout est clair. La « rupture politique » est consommée avec son ‘’père’’ Alassane Ouattara. Le ‘’fils’’ a décidé de prendre son destin en main et de faire « cavalier seul » avec le soutien du Peuple de Côte d’Ivoire.

Au Rhdp, certains lui dénient toute capacité à diriger la Côte d’Ivoire. Ceux-ci souhaitaient donc qu’il attende l’heure de leur convenance pour avoir une ambition nationale. D’autres, estimant qu’il « n’est rien » et ne peut rien réussir sans l’aide d’Alassane Ouattara, considèrent qu’il devait continuer à obéir au président du Rhdp. Lui, Guillaume Soro, a alors compris que le parti unifié ne lui servirait jamais une candidature sur un plateau d’or. Pourtant, après avoir dirigé une rébellion pour plus de justice en Côte d’Ivoire et conduit avec brio une transition qui a abouti à la tenue des premières élections libres et transparentes du pays en 2010, il se sent apte à apporter un mieux-être aux Ivoiriens, mieux que tout autre héritier que le Président Ouattara semble lui préférer. Il a donc décidé d’emprunter courageusement son propre chemin. Cela, au prix de son poste de président de l’Assemblée nationale. Un poste dont il a démissionné en février dernier comme ne l’a jamais fait un cadre à un tel niveau de responsabilité dans ce pays.  Il a choisi de suivre la voie de son idéal et de ses convictions. A l’image d’un certain Emmanuel Macron en France, il veut rassembler les Ivoiriens de toutes les couches et de toutes les générations autour de projet national. Un projet révolutionnaire.                

L’attente aura été longue, mais elle n’a pas été vaine. Guillaume Soro n’a pas déçu ses partisans. Leur rêve de l’entendre déclarer cette candidature est devenue réalité. Pour la toute première fois, le député de Ferké a fait cette annonce le 12 octobre dernier face à ses fans réunis pour une Crush party à Valencia en Espagne. Il l’a réitéré avec plus de solennité aux micros de France 24 et RFI qui l’ont interviewé en fin de semaine dernière. En attendant une annonce plus officielle et plus solennelle qui se fera « en terre de Côte d’Ivoire », le président du mouvement Générations et peuples solidaires (GPS) est déjà engagé dans la pêche d’électeurs. Dans un message abondamment relayé sur les réseaux sociaux, il appelle les Ivoiriens à adhérer massivement au GPS. Selon ses proches, en moins d’une semaine, au moins Dix mille (10 000) adhésions ont été enregistrées sur Internet. L’appel aux inscriptions bat son plein dans la sorosphère. Par ailleurs, un communiqué annonce l’installation prochaine des comités locaux du GPS à travers tout le territoire ivoirien. A l’image de sa visite dans la région du Hambol en avril et mai derniers, le désormais candidat déclaré à la présidentielle de 2020 propose une gouvernance axée sur la proximité. Convaincu qu’il n’a pas de solutions miracles à tous les problèmes de toute la population, et qu’il ne peut connaître les attentes des Ivoiriens sans s’être rapproché d’eux, il entend faire de ses comités locaux des relais efficaces pour identifier les priorités du Peuple en vue de bâtir avec ce Peuple un programme de gouvernement en adéquation avec les réalités de ce Peuple.

Cissé Sindou

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Présidentielle 2020 : Benjamin Téhé (délégué Lider Europe) '' Mamadou Koulibaly est celui qu'il faut aux ivoiriens''

Fiers Ivoiriens, le PDCI nous appelle !