Rentrée scolaire 2021 – 2022 : les inquiétudes de Stéphane Vangah, délégué général de Lider





rentree-scolaire-2021-2022-les-inquietudes-de-stephane-vangah-delegue-general-de-lider


Face à la crise de l’école ivoirienne, y a-t-il impuissance à agir ou bien une inadéquation des réformes, tant il y en a eu par le passé qui n’ont rien donné ? Telles sont nos inquiétudes face aux défis majeurs de la rentrée scolaire 2021-2022.

L’école semble redevenue en cette rentrée scolaire un enjeu décisif qui anime les débats publics, partout sur les plateaux télé et surtout, sur les réseaux sociaux, chacun s’efforçant de juger l’état de notre système éducatif au regard de quelques finalités qui paraissent essentielles.
Pour cette rentrée scolaire 2021-2022, un grand nombre de questions, d’inquiétudes et d’incertitudes sont encore sans réponses. Il y a lieu de se demander si notre système éducatif tel qu’il existe en ce moment pourra répondre aux préoccupations suivantes :
A𝘪𝘥𝘦𝘳 𝘢̀ 𝘴𝘰𝘤𝘪𝘢𝘭𝘪𝘴𝘦𝘳 𝘭𝘦𝘴 𝘪𝘯𝘥𝘪𝘷𝘪𝘥𝘶𝘴 𝘦𝘯 𝘢𝘪𝘥𝘢𝘯𝘵 𝘢̀ 𝘭𝘦𝘶𝘳 𝘮𝘢𝘵𝘶𝘳𝘪𝘵𝘦́ 𝘦𝘵 𝘢̀ 𝘭’𝘢𝘶𝘵𝘰𝘯𝘰𝘮𝘪𝘦 𝘲𝘶𝘪 𝘤𝘢𝘳𝘢𝘤𝘵𝘦́𝘳𝘪𝘴𝘦 𝘭’𝘢𝘥𝘶𝘭𝘵𝘦 ;
𝘈𝘴𝘴𝘶𝘳𝘦𝘳 𝘭’𝘦́𝘱𝘢𝘯𝘰𝘶𝘪𝘴𝘴𝘦𝘮𝘦𝘯𝘵 𝘥𝘦 𝘭’𝘦́𝘭𝘦̀𝘷𝘦 ;
𝘍𝘰𝘳𝘮𝘦𝘳 𝘥𝘦𝘴 𝘤𝘪𝘵𝘰𝘺𝘦𝘯𝘴 𝘥𝘦 𝘥𝘦𝘮𝘢𝘪𝘯 ;
𝘛𝘳𝘢𝘯𝘴𝘮𝘦𝘵𝘵𝘳𝘦 𝘥𝘦𝘴 𝘤𝘰𝘯𝘯𝘢𝘪𝘴𝘴𝘢𝘯𝘤𝘦𝘴 𝘶𝘵𝘪𝘭𝘦𝘴 𝘦𝘵 𝘶𝘯𝘦 𝘤𝘶𝘭𝘵𝘶𝘳𝘦 ;
𝘗𝘳𝘦́𝘱𝘢𝘳𝘦𝘳 𝘶𝘯𝘦 𝘱𝘳𝘰𝘤𝘩𝘢𝘪𝘯𝘦 𝘨𝘦́𝘯𝘦́𝘳𝘢𝘵𝘪𝘰𝘯 𝘢̀ 𝘭𝘢 𝘷𝘪𝘦 𝘢𝘤𝘵𝘪𝘷𝘦 𝘦𝘯 𝘥𝘰𝘯𝘯𝘢𝘯𝘵 𝘢̀ 𝘵𝘰𝘶𝘴 𝘶𝘯𝘦 𝘧𝘰𝘳𝘮𝘢𝘵𝘪𝘰𝘯 𝘰𝘣𝘭𝘪𝘨𝘢𝘵𝘰𝘪𝘳𝘦 𝘫𝘶𝘴𝘲𝘶’𝘢̀ 𝘭’𝘢̂𝘨𝘦 𝘥𝘦 18 𝘢𝘯𝘴 ;
𝘊𝘰𝘯𝘵𝘳𝘪𝘣𝘶𝘦𝘳 𝘢̀ 𝘥𝘦́𝘮𝘰𝘤𝘳𝘢𝘵𝘪𝘴𝘦𝘳 𝘭𝘢 𝘴𝘰𝘤𝘪𝘦́𝘵𝘦́ 𝘦𝘵 𝘧𝘢𝘷𝘰𝘳𝘪𝘴𝘦𝘳 𝘭𝘢 𝘮𝘰𝘣𝘪𝘭𝘪𝘵𝘦́ 𝘴𝘰𝘤𝘪𝘢𝘭𝘦 ;
𝘗𝘳𝘰𝘮𝘰𝘶𝘷𝘰𝘪𝘳 𝘭𝘦𝘴 𝘮𝘦𝘪𝘭𝘭𝘦𝘶𝘳𝘴 𝘢𝘧𝘪𝘯 𝘲𝘶𝘦 𝘭𝘢 𝘩𝘪𝘦́𝘳𝘢𝘳𝘤𝘩𝘪𝘦 𝘥𝘦𝘴 𝘤𝘰𝘮𝘱𝘦́𝘵𝘦𝘯𝘤𝘦𝘴 𝘳𝘦𝘮𝘱𝘭𝘢𝘤𝘦 𝘦𝘯𝘧𝘪𝘯 𝘭𝘢 𝘩𝘪𝘦́𝘳𝘢𝘳𝘤𝘩𝘪𝘦 𝘴𝘰𝘤𝘪𝘢𝘭𝘦 ;
𝘗𝘢𝘳𝘵𝘪𝘤𝘪𝘱𝘦𝘳 𝘢̀ 𝘭𝘢 𝘭𝘶𝘵𝘵𝘦 𝘤𝘰𝘯𝘵𝘳𝘦 𝘭𝘦 𝘤𝘩𝘰̂𝘮𝘢𝘨𝘦 𝘦𝘯 𝘱𝘳𝘦́𝘱𝘢𝘳𝘢𝘯𝘵 𝘯𝘰𝘴 𝘧𝘶𝘵𝘶𝘳𝘴 𝘥𝘪𝘱𝘭𝘰̂𝘮𝘦́𝘴 𝘧𝘢𝘤𝘦 𝘢𝘶𝘹 𝘯𝘰𝘶𝘷𝘦𝘢𝘶𝘹 𝘥𝘦́𝘧𝘪𝘴 𝘮𝘰𝘯𝘥𝘪𝘢𝘶𝘹 𝘥𝘰𝘯𝘵 𝘭𝘦 𝘥𝘦́𝘧𝘪 𝘵𝘦𝘤𝘩𝘯𝘰𝘭𝘰𝘨𝘪𝘲𝘶𝘦 𝘥𝘶 𝘮𝘰𝘯𝘥𝘦 𝘥𝘦 𝘥𝘦𝘮𝘢𝘪𝘯.

Autant de questionnements auxquels il faudra donner une réponse préalable avant d’appliquer d’éventuelles réformes.
Madame la Ministre Marietou Koné a déjà annoncé quelques mesures d’urgence pour un système éducatif plus performant mais il aurait été judicieux de nous donner les raisons et le rationnel qui ont pu justifier le bien fondé de telles mesures considérées comme dépassées ou non-adaptées aux réalités d’aujourd’hui pour certain comme Dr. Arthur Banga.
Dans un pays à la recherche de réconciliation, de liberté, de justice, de démocratie et de responsabilité, l’instruction devient la condition sine qua non car l’ignorance rend les hommes disponibles pour les manipulations ou l’état de servage et donc incapables de s’opposer aux « tyrans ». Peut-être que ceci a toujours été l’objectif du pouvoir afin d’avoir des citoyens qui n’auraient pas la maturité d’esprit pour critiquer et décrier les tares de leur gouvernance.
 
A LIDER, nous disons qu’on ne pourra construire une nation forte, prête à relever les grands défis de demain qu’en s’assurant que les enfants d’aujourd’hui sont bien formés. Seule une bonne réforme éducative en cette année 2021-2022, qui tiendra compte de la résolution des questions préalables permettra de réaliser ou de renforcer l’unité nationale par une ‘’unification linguistique’’ par l’unité de l’enseignement et le développement des talents.
 
LIDER a pour sa part été un des rares (pour ne pas dire le seul Parti politique) qui depuis sa création en 2011 à rendre public son programme pour la redynamisation de notre système éducatif. 
Nous avons entre autres proposé d’introduire l’enseignement de l’anglais et de l’informatique dès le primaire pour instaurer une culture scientifique et de l’innovation dès les premières classes. Ceci permettant à nos enfants d’être compétitifs chez nous comme à l’international et d’être prêts à s’adapter à un environnement professionnel multiculturel, afin de relever les défis du monde nouveau, déjà globalisé. 
Bien évidement en passant d’abord par la modernisation de nos infrastructures existantes et l’acquisition d’équipements modernes et ensuite par la construction de nouvelles infrastructures modernes pour augmenter nos capacités d’accueil.
LIDER a aussi proposé de rendre les classes maternelles obligatoires en zone rurale pour détecter les difficultés en apprentissage où stimuler l’apprentissage chez l’enfant tout en l’exposant précocement à la langue française pour ainsi anticiper la prise de contact avec les notions de citoyenneté, socialisation, gestion des conflits, leadership, etc.
Dans le primaire, du CP1 au CM2, tous les élèves devraient étudier L’anglais, l’informatique, la musique, l’art plastique, l’économie domestique et l’apprentissage aux métiers manuels selon le standard mondial d’aujourd’hui. Ceci en renforçant l’éducation civique qui est quasiment inexistante aujourd’hui. 
Au collège, entre la classe de sixième et la classe de troisième, les mêmes matières du primaire seraient approfondies, avec l’ajout d’une langue étrangère moderne ainsi que l’instruction civique et l’éducation sexuelle. Les sciences seraient plus spécialisées entre la physique, la chimie, les sciences de la nature et l’apprentissage aux métiers de la terre, métiers techniques et professionnels.
Au lycée, dans la dernière phase de l’enseignement obligatoire entre la seconde et la terminale, nous proposons l’approfondissement des matières sus mentionnés surtout les langues, les mathématiques, les sciences, L’informatique, sans oublier les cours d’arts plastiques et de musique. D’autres matières, ciblant les métiers et professions libérales dans le domaine de l’industrie, du commerce et des services tels que la maçonnerie, plomberie, menuiserie, l’agriculture seront enseignées de manière optionnelle en fonction des aptitudes et aspirations des élèves; Ceci pour permettre à nos futurs diplômés de se lancer dans le monde de l’entreprenariat, avec des bases académiques solide s´ils le désiraient
Bonne rentrée scolaire 2021-2022 à toutes et à tous.

𝑺𝒕𝒆́𝒑𝒉𝒂𝒏𝒆 𝑽𝑨𝑵𝑮𝑨𝑯
𝐃𝐞́𝐥𝐞́𝐠𝐮𝐞́ 𝐆𝐞́𝐧𝐞́𝐫𝐚𝐥 𝐝𝐞 𝐋𝐈𝐃𝐄𝐑

Partarger cet article

Tags

En lecture en ce moment

Covid 19-reprise des cours à partir du 18 mai: Voici les dispositions pratiques prises par Kandia Camara

Côte d’Ivoire / Manifestations de la FESCI : Chaudes échauffourées entre forces de l’ordre et élèves et étudiants