Élections à Fédération ivoirienne de taekwondo (FITKD) : Pourquoi Me Alain Zunon est candidat ?





elections-a-federation-ivoirienne-de-taekwondo-fitkd-pourquoi-me-alain-zunon-est-candidat


Me Alain Zunon, ceinture noire 4e dan, a annoncé officiellement sa candidature à l’élection de la Fédération ivoirienne de taekwondo (FITKD), dimanche 19 septembre 2021, à Abidjan. Devant le parterre de journalistes qui a effectué le déplacement, l’homme qui dit s’être investi pendant des années dans la promotion et la vulgarisation de cet art né en Corée du Sud, a donné les motivations de sa candidature. Motivations qui se résument en quelques questions.

"Peut-on organiser une compétition sportive sans arbitre responsable de la validité du match, du respect des règles en toute impartialité et sans favoritisme ?"; " Comment promouvoir le sport sans le respect des règles ? " ; " À quoi sert-il aux fédérations sportives de se doter de statuts et règlement intérieur, si ceux-ci ne doivent servir que d’essuie-pied ? " ; "Le règlement définitif de la crise ne nécessite-t-il pas qu’un organisme neutre, supervisé par le ministre des Sports et/ou le CNO, pilote le processus électoral ?". Des questions pleines de sens qui résument bien la situation du taekwondo ivoirien.
Depuis la dernière Assemblée générale ordinaire de l’organe fédéral, en effet, où contre les textes statutaires, le président sortant a brigué un troisième mandat, de nombreux acteurs de la discipline ont pris leurs distances. Le candidat Alain Zunon a même démissionné du comité directeur sortant en février 2017. Une réaction qualifiée de normale pour un magistrat hors hiérarchie qui ne pouvait pas se compromettre avec le non-respect des textes.
"Le mandat de 2017 à 2021, c’est-à-dire le troisième mandat de Bamba Cheick, a créé une fracture au sein de la famille du taekwondo au point où pour la première fois, un président en fonction a été sanctionné par le Comité national olympique (CNO-CIV) qui n’a pas apprécié la façon dont ces changements ont été", a rappelé celui qu’on appelle désormais le président Zunon. Aujourd’hui, il ambitionne redonner toute leur place aux maîtres de salle. Surtout, il entend former de nouveaux athlètes, décentraliser le taekwondo et permettre au taekwondo de retrouver son lustre d’antan.

Modeste KONÉ

En lecture en ce moment

Can 2023: Les conseils de Patrick MBoma à la Côte d'Ivoire pour conserver l'organisation

Mangoua Jacques, toi aussi ?