Amadou Coulibaly va appuyer la Commission nationale de la Francophonie pour plus de visibilité





amadou-coulibaly-va-appuyer-la-commission-nationale-de-la-francophonie-pour-plus-de-visibilite


Le ministre de la Communication, des Médias et de la Francophonie, Amadou Coulibaly, a annoncé mardi 04 mai 2021 qu’il va appuyer la Commission nationale de la Francophonie (CNF) pour lui donner plus de visibilité et la faire connaître auprès des populations, au cours de sa visite de prise de contact, au sein de la structure, à Abidjan-Cocody.

« Nous avons besoin d’un peu plus de visibilité. Nous ferons en sorte que la Francophonie soit beaucoup plus visible en Côte d’Ivoire. Nous allons vous appuyer pour vous donner beaucoup plus de visibilité. Il s’agira essentiellement pour nous, de faire en sorte que la francophonie se mette à la disposition et au service de la population. Une francophonie plus visible pour nous, c’est une francophonie plus agissante, présente sur le terrain », a déclaré M. Coulibaly.

Il a fait savoir aux agents de la CNF qu’il est un défenseur de la langue française et delà de cela, il croit aux valeurs de la Francophonie. Amadou Coulibaly a aussi assuré de sa disponibilité et a souligné qu’il n’y aura pas plus de communication et de médias que de francophonie.

« Nous ferons en sorte que notre pays trouve toute sa place et puisse assurer le leadership au sein des plus hautes instances de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF). Il n’y aura aucun sacrifice qui soit suffisamment plus grand que nous pour pouvoir assurer ce leadership et assuré le rayonnement de la Côte d’Ivoire. Je veux compter sur vous et vous pouvez compter sur moi », a-t-il ajouté.

Pour sa part, la secrétaire générale de la CNF, Mouminatou Barry Diaby, a signifié au ministre qu’elle place en lui tous leurs espoirs pour recevoir une égale attention au sein de son département ministériel. Elle a également relevé les difficultés, essentiellement d’ordre budgétaire, auxquelles est confrontée la CNF.

« Nous nous devons de jouer notre partition en œuvrant au repositionnement de notre pays dans l’espace francophone. Cela nécessite une participation active aux réunions des instances de décisions de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF) et à la promotion des activités de celle-ci au plan national. Malheureusement, ces dernières années, le budget alloué à la CNF ne lui permet pas d’atteindre ses objectifs. Nous plaçons en vous tous nos espoirs pour faire relever substantiellement notre budget », a signifié Mme Diaby.

La Commission nationale de la Francophonie est un établissement public national créée en 2012, en remplacement de l’Agence ivoirienne de coopération francophone qui existait depuis 2002.

(AIP)

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Après l’attaque contre l’Université de Cocody , Alpha Yaya Touré rassure les étudiants (Vidéo)

20e congrès de l’Association africaine de l’eau : plus de 100 exposants présentent les dernières technologies et outils du secteur