CMU : un inspecteur des soins infirmiers appelle le gouvernement à clarifier « gratuité généralisée et gratuité ciblée »





cmu-un-inspecteur-des-soins-infirmiers-appelle-le-gouvernement-a-clarifier-gratuite-generalisee-et-gratuite-ciblee


L’inspecteur des soins infirmiers, Kpan Mouty, par ailleurs secrétaire national du Syndicat national des diplômés en soins infirmiers et obstétricaux de Côte d’Ivoire (SYNADSIO-CI), a appelé le gouvernement ivoirien à clarifier les soins dits « gratuité généralisée et gratuité ciblée » sur la Couverture maladie universelle afin d’éviter que les agents de santé soient la cible des populations.

« Quand les gens vont dans les centres de santé, on frappe les sages-femmes, on frappe les infirmiers parce que votre gratuité généralisée et votre gratuité ciblée, on ne sait pas comment faire », a déploré, Kan Mouty, lors de la 1ère assemblée générale du SYNADSIO-CI, tenue ce samedi 15 avril 2023 à la Maison de la presse, à Abidjan-Plateau.

Pour ce professionnel de la santé, l’Etat, avant de s’engager pour la CMU, devrait expliquer et sensibiliser davantage les populations et les acteurs de la santé sur cette initiative.

« Si vous parcourez la Côte d’Ivoire, vous verrez que beaucoup d’Ivoiriens ne connaissent pas la CMU », a-t-il révélé et de se demander « pourquoi on a voté cette loi ».

Kpan Mouty a saisi l’occasion pour porter quelques griefs contre l’Institut de formation des agents de santé (INFAS) qui, selon lui, est en partie comptable de la baisse de la qualité des soins.

Pour lui, « s'il n’y a pas qualité de soin, c’est parce qu’il n’y a pas qualité d’enseignement ». L’INFAS, selon lui, doit connaître une transformation profonde dans sa mission, dans son organisation et dans son fonctionnement. A cet effet, il demande que le niveau de celui qui enseigne soit adapté à la formation des apprenants.

A la sortie de cette rencontre, ce syndicat entend proposer au gouvernement sa vision d’amélioration de la qualité de soin et de la sécurité des patients pour qu'ensemble et dans un esprit participatif, les deux parties puissent conduire l’état de santé des Ivoiriens.

« Nous devons informer et sensibiliser tout le monde par rapport à la Couverture maladie universelle, à la gratuité ciblée et par rapport aux stagiaires de l’INFAS pour que demain l’Ivoirien nouveau, l’infirmier nouveau, la sage-femme nouvelle sorte de notre pays et qu’on conduise la santé des Ivoiriens », a-t-il conclu.

Cette assemblée générale a bénéficié du soutien de Zadi Gnagna, président de la plate-forme nationale, centrale syndicale dont fait partie le SYNADSIO. Il a saisi l'occasion pour interpeller à nouveau, le gouvernement quant à la reconnaissance pleine et entière de la plate-forme comme centrale syndicale.

 Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Lutte la cherté de la vie : l’Etat met à la disposition des élèves de la 6ème des manuels scolaires dans un système de prêt location

Après les confessions de Serey Dié, Josey réagit : « L’erreur est humaine et le pardon divin »