Dédicace : Alcide Djédjé sort un livre en hommage aux Nations Unies et à Alassane Ouattara





dedicace-alcide-djedje-sort-un-livre-en-hommage-aux-nations-unies-et-a-alassane-ouattara


Devant le ministre ivoirien de la Réconciliation et de la cohésion, Kouadio Konan Bertin, un parterre de diplomates, d’amis et d’hommes de lettre, le diplomate et ministre, Alcide Djédjé a procédé ce jeudi 22 septembre 2022, à l’hôtel Pullman du Plateau, à la présentation et à la dédicace, de son livre intitulé « La Côte d’Ivoire aux Conseil de sécurité des Nations unies 1960-2019 », co-écrit avec le chercheur Alexandra Novosseloff.

Paru à Paris en 2022 aux Éditions L’Harmattan, ce livre de 283 pages, subdivisé en quatre chapitres retrace la diplomatie et la politique extérieure de la Côte d’Ivoire au Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies et fait la synthèse des trois mandats (1964-1965, 1990-1991, 2018-2019) que la Côte d’Ivoire a passés à la tête du Conseil de sécurité des Nations Unies en tant que membre non permanent entre 1960 et 2019.  

Pour l’auteur, « ce livre est un prétexte pour rendre hommage à deux leaderships », à savoir, le leadership de la communauté international et celui du gouvernement ivoirien à travers la volonté politique du président Alassane Ouattara », ajoutant qu’on ne peut pas sortir d’une crise comme celle que la Côte d’Ivoire a connu si les deux leaderships ne travaillent pas ensemble.  

A travers cette œuvre, Alcide Djédjé dit vouloir saluer le leadership des Nations unies donc de la CEDEAO, de l’Union africaine. Il a rappelé que les décisions sont prises d’abord par la CEDEAO, remontent à l’Union africaine et c’est toujours les prises de positions à la base qui sont entérinées par les nations unies.

« En ce moment où les organisations sous régionales, régionales et même les Nations unies sont vilipendées (…) je voudrais qu’on reconnaisse ici le leadership des Nations unies et de la communauté internationale. C’est pourquoi ce livre a été fait pour qu’on sache que, pour nous autres, sans les Nations unies, on n’aurait pas pu nous en sortir », a-t-il insisté.

Dans sa note de lecture, le professeur Pierre Dagbo Godé, professeur des sciences politiques à l’université Félix Houphouët-Boigny n’a pas tarit d’éloges pour les auteurs. Pour lui, « ce livre n’est ni un ouvrage de théorie politique ni un ouvrage de théorie internationale. C’est un ouvrage qui prend en compte de façon pratique les relations internationales » et qui retrace la diplomatie de la Côte d’Ivoire aux Nations unies.

Un ouvrage qui donne un caractère pédagogique, ce qui peut constituer un passage de relais vers les générations futures qui y trouveront une source d’inspiration et d’informations nécessaires à leur pratique diplomatique, a-t-il ajouté et de faire savoir que l’ouvrage rappelle également la philosophie de la diplomatie ivoirienne qui repose sur le dialogue comme meilleur moyen de renforcer la compréhension mutuelle et de créer la confiance nécessaires à un apaisement global.

Lui emboitant le pas, Bonaventure Marie Sodonon, juriste a fait savoir que l’ouvrage fait vivre et explique la position défendue par la Côte d’Ivoire sur chacune des affaires soumises au Conseil de sécurité.

L’expression générale de la mécanique du texte selon lui est celle de la proclamation de la fierté de la Côte d’Ivoire. « Fierté, d’avoir brillamment représenté le continent à plusieurs reprises à la plus haute table de la diplomatie ».

Sur le moment choisit pour la publication, le juriste estime qu’il est « parfait ». Dans l’environnement politique du moment, il sert à clarifier à lever tout équivoque sur la position de la Côte d’Ivoire au regard des conflits, a-t-il expliqué.

Sur le style, il s’est satisfait que les auteurs alternent légèreté, gravité et même de l’humour dans le style rédactionnel.

Donnant son sentiment personnel sur l’œuvre, Faustin Mouinguengui Nzigou, ambassadeur du Gabon en Côte d’Ivoire et vice doyen du corps diplomatique a déclaré que cet ouvrage constitue une référence incontournable pour la diplomatie ivoirienne mais aussi pour la diplomatie africaine et pour les diplomates.

« Il devrait être proposé comme un ouvrage de choix dans les instituts de formation diplomatique en Afrique », a-t-il conclu.

Lambert KOUAME

En lecture en ce moment

Nomination du nouveau vice-président : Guillaume Soro félicite Meyliet Koné et charge Ouattara

Le colonel Wattao est décédé ce dimanche aux États-Unis