La drogue peut-elle faire oublier la douleur du carburant ?







En deux mois, le prix du super, aujourd’hui utilisé par plusieurs véhicules de transport public, a augmenté de 100FCfa. Les conséquences sont amères.

L’actualité en Côte d’Ivoire a été envahie ces dernières 48 heures par l’annonce d’une série d’arrestations dans les réseaux de trafiquants de drogues. Mais la grande publicité autour de ce scandale ne saurait durablement éclipser une autre actualité qui est plus douloureuse pour les populations ivoiriennes. Car, celle-ci vient accroître leur souffrance liée à la cherté de la vie. Il s’agit d’une nouvelle augmentation de prix de produits pétroliers depuis le 1er juin.      

Certes, le prix du litre de gasoil (615 FCfa) n’a pas changé. Cependant, la population n’est pas à l’abri des effets négatifs de l’augmentation du super qui vient de passer à 735 F le litre.

« De 20 000 (FCfa), je reviens à 10 000 parce qu’il faut gérer le portefeuille. Il faut que le gouvernement revoie ça pour nous. C’est un très gros budget. Qu’on pense un peu à la population. On sait qu’ils font des efforts mais qu’ils fassent encore plus d’efforts pour nous. La viande est déjà chère sur le marché, le panier de la ménagère est insupportable, voilà… », se plaignait déjà le 1er avril dernier à Abidjan, un chef de famille au micro de nos confrères de RFI. « Ça a trop augmenté, ça ne nous arrange pas. C’est trop, c’est trop ! On ne peut pas augmenter le prix de la course, c’est toujours le même prix, c’est un tarif qu’on a fixé. Si ça augmente encore… », menaçait un livreur à moto. A cette date, le super était passé de 635 F à 695 F, soit une hausse record de 60 F.

Contrairement à une époque lointaine, de plus en plus de véhicules de transport public ont maintenant des moteurs super. Que ce soit les cars qui assurent le transport interurbain que les taxis urbains (taxis-compteurs, Yango, Wôrô wôrô) beaucoup fonctionnent au super.

Début avril déjà, le ministre des Transports Amadou Koné avait dû dépêcher dans certaines gares d’Abidjan le Haut Conseil du Patronat des Entreprises de Transport Routier de Côte d'Ivoire (HCPETR-CI). Ces envoyés du gouvernement ont tenté d’étouffer des velléités d’augmentation de tarifs. Malgré cette mission de sensibilisation au cours de laquelle les efforts de subvention du prix du gasoil avaient été longuement expliqués, des hausses allant de 50F à 100 F n’ont pu être évitées sur certaines lignes, notamment celles de Cocody-centre- Angré. Parce qu’elle réduit leurs gains, les transporteurs ne pourront donc pas rester indifférents devant cette nouvelle augmentation du super. Toute chose qui va davantage réduire le pouvoir d’achat des usagers, et par voie de fait celui des ménages qui sont déjà étranglés par la hausse constante des prix des denrées alimentaires.

Cissé Sindou      

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Les promesses du Programme social du gouvernement seront tenues (Porte-parole)

CPI / Procès Gbagbo et Blé Goudé : Chaudes empoignades pour une mise en liberté avec ou sans conditions