Cop 15 : Le Ministre Souleymane Diarrassouba exhorte le secteur privé à explorer les opportunités de l’économie verte





cop-15-le-ministre-souleymane-diarrassouba-exhorte-le-secteur-prive-a-explorer-les-opportunites-de-leconomie-verte

Le ministre du commerce et de l'industrie, Souleymane Diarrassouba a exhorté les entreprise à s'approprier l'économie verte



 Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, Souleymane Diarrassouba, a exhorté, le mardi 10 mai 2022, le secteur privé à explorer les opportunités de l’économie verte.

C’était au cours d'une session du business forum organisé dans le cadre de la 15e Conférence des parties de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (COP15) qui se déroule du 09 au 20 mai à Abidjan. 

Placée sous le thème « Quelles stratégies de mobilisation de la finance verte pour le développement économique de la Côte d’Ivoire », cette session a été une belle tribune pour les différents panélistes de faire les états des lieux de la mobilisation des ressources de la finance verte par les entreprises ivoiriennes, de présenter les différents financements verts disponibles dans la mise en œuvre du plan national de développement 2021-2025 et de définir les accompagnements des PME, des ETI et de l’écosystème pour la mobilisation des fonds verts.

 

« Au-delà du PND 2021-2025, le secteur privé accompagne aussi l’Etat de Côte d’Ivoire dans la réalisation de projets économiques majeurs et l’une des opportunités de financements qui s’offre à lui reste incontestablement la finance verte », a indiqué Souleymane Diarrassouba.

Il a invité à cet effet les acteurs du secteur privé et particulièrement les PME et les grandes entreprises à jouer leur partition dans cette transition écologique, dans la mesure où elles occupent une place prépondérante dans la création d’emplois et de richesses.

 Selon le ministre, en organisant ce Business Forum, son département et le secteur privé ivoirien voudraient, d’une part identifier les faiblesses et les besoins en renforcement de capacités des acteurs nationaux, tant du secteur public que du secteur privé en matière de finance climatique. Et d’autre part, définir des actions qui peuvent exercer un effet de levier, mobiliser des fonds concessionnels et privés de manière efficace, de sorte à limiter les risques dans les interventions du secteur privé.

Solange ARALAMON

 

En lecture en ce moment

1×Bet affiliation paris sportif pour tous les fans

Election à la FIF: Joseph Antoine Bell juge la candidature de Drogba légitime