Cop 15: La Côte d’Ivoire accentue la lutte contre la désertification et la déforestation liée à l’agriculture





cop-15-la-cote-divoire-accentue-la-lutte-contre-la-desertification-et-la-deforestation-liee-a-lagriculture

une vue d'une plantation de cacaoyers



Avec près du quart (1/4) du Produit intérieur brut (PIB) et plus de 75% des exportations, l’agriculture constitue un pilier majeur de l’économie ivoirienne.  Bien plus, elle représente  le principal moyen de subsistance de 2/3 des ménages et emploie près de 70% de la population active.

Depuis quelques années, la Côte d’Ivoire s’est engagée à produire un cacao ami de sa forêt. Le gouvernement a décidé de promouvoir, à cet effet,  la cacaoculture durable, respectueuse de l’environnement. Il a pris l’engagement en 2014, dans le cadre de la déclaration de New York sur les Forêts, de produire un cacao ivoirien zéro-déforestation à partir de 2017 et de restaurer 20% du couvert forestier du territoire national d’ici à 2030. Pour y arriver, le gouvernement ivoirien s’est  engagé à multiplier les initiatives afin d’éviter, de réduire et d’inverser la dégradation des terres et atténuer les effets de la sécheresse pour un avenir prospère.

En effet, si le cacao est le principal moteur de la croissance économique du pays, il est aussi malheureusement un des fossoyeurs de la forêt ivoirienne. Le premier pays producteur de cacao est donc bien décidé à concilier agriculture et reboisement de la forêt. L’atteinte de cet objectif passe par la mise en place d’un système agroforestier qui permet d’associer aux cacaoyers,  la culture des arbres. Cette pratique culturale transforme le paysage en le rendant plus résilient à la sécheresse et aux changements climatiques. De plus, l’introduction d’agroforesterie dans une plantation de cacao change la courbe de rendement du cacaoyer et contribue à l’amélioration des conditions de vie du paysan.

Pour soutenir la mise en œuvre de cette initiative, le Conseil du Café-Cacao (CCC), par exemple, va introduire 60 millions de plants d’essences forestières en milieu rural d’ici à 2024. Entre temps, le pays veut mettre fin à la déforestation causée par l’agriculture, d’ici à 2023. C’est la raison pour laquelle, il s’est  lancé dans le reboisement à haute intensité.

Les résultats du dernier inventaire forestier et faunique national indiquent une couverture forestière de 2,97 millions d’hectares en mars 2021. Ce qui équivaut à 9,2% de couverture forestière contre plus de 20% dans les années 1960.

En vue d’inverser cette tendance de la déforestation, l’État a opté pour une nouvelle politique forestière en mai 2018 dont l’objectif est de porter la couverture forestière à au moins 20% du territoire national d’ici à l’horizon 2030, soit un accroissement de 3 millions d’hectares de forêt tout en maintenant intact l’existant.

L’opération dénommée « 1 jour 1 million d’arbres » lancée le 15 novembre 2019 et celle baptisée « 1 jour 5 millions d’arbres » initiée le 25 juillet 2020 par le ministre des eaux et forêts d’alors, Alain Richard Donwahi,  ont permis de planter respectivement 1 169 074 et 6 449 739 arbres.

Le bilan partiel de l’opération « Un jour 50 millions d’arbres » démarrée le 1er juin 2021 et qui s’est déroulée sans interruption sur l’ensemble des régions et des départements de la Côte d’Ivoire a relevé que 28 538 234 arbres ont été produits et plantés à fin octobre 2021.

Solange ARALAMON


En lecture en ce moment

Journée internationale de la femme 2021 : Les femmes de l’aviation civile prônent le leadership féminin

Table-ronde de Hambourg/ Siandou Fofana : "Le tourisme ivoirien vous tend les bras "