Immigration au Canada : l’Ivoirien Patrice Kimou dévoile de nombreuses opportunités





immigration-au-canada-livoirien-patrice-kimou-devoile-de-nombreuses-opportunites


Le Canada, deuxième pays au monde de par sa superficie, attire chaque année des milliers de personnes à travers le monde. Le taux élevé de l’immigration dans ce pays démontre la volonté politique des gouvernants à accueillir chaque année de nouveaux immigrants. Mais, les obstacles et les réalités de l'immigration s’imposent et suscitent des interrogations auxquelles les nouveaux immigrants devront faire face. C’est pourquoi, le Cabinet PSK-Avocat créé en 2021 par Me Patrice Kimou, au Québec, veut se rapprocher de la clientèle en Afrique et particulièrement de la Côte d’Ivoire. Au cours d’une conférence de presse, organisée ce lundi 28 février 2022, à Cocody-Angré, par ledit cabinet, il s’est agi de présenter les objectifs et les opportunités dans les secteurs de l’immigration au Québec, de la résidence et de la citoyenneté. En effet, la structure est spécialisée dans le droit de la famille, le droit civil général et le droit à l’immigration. Elle offre aussi aux chefs d’entreprises, aux opérateurs économiques qui souhaitent faire des affaires au Canada, la possibilité de bénéficier de programmes de résidence et de citoyenneté tout en y investissant. ‘’L’approche humaine et relationnelle de la clientèle est au cœur de la création de notre Cabinet. Nous sommes des professionnels africains qui avons une expérience d’immigration directe et personnelle qui nous permet de mieux comprendre les enjeux de nos clients et de communiquer avec eux. En tant qu’avocats, nous sommes membres d’un ordre professionnel dont l’un des objectifs est la protection du public. Nous sommes également sur le territoire canadien. Par conséquent, nous sommes beaucoup plus proactifs quand il s’agit de compléter un dossier retourné par Immigration Canada’’, a fait savoir Me Patrice Kimou, premier responsable de cette structure. Expliquant le choix d’Abidjan pour l’implantation dans l’avenir d’un bureau, Me Patrice Kimou a affirmé qu’il y a plusieurs raisons qui ont motivé cette décision. Notamment la facilité de faire des affaires dans cette partie du monde et la possibilité de rencontrer des hommes affaires africains. Il a aussi tenu à rassurer sur le sérieux de son entreprise. Il a indiqué que pour remplir les dossiers, l’on entreprend une enquête sur le demandeur. Des informations importantes sur la moralité de celui-ci, sur les sources des fonds et plusieurs aspects sont collectées. ‘’Contrairement à d’autres structures, nous sommes des avocats avec une éthique et nous sommes soumis à un code de déontologie. Notre équipe offre à nos clients la discrétion, le respect, la transparence et l’excellence. Aussi, notre cabinet accorde des facilités de paiement’’, a-t-il précisé avant d’ajouter qu’immigrer au Canada dépendrait du programme d’immigration retenu. ‘’En général, pour faire partie des personnes sélectionnées par le Québec, il faut avoir une formation et des compétences professionnelles qui faciliteront l’insertion en emploi au Québec. D’autres facteurs sont pris en compte, comme : les connaissances linguistiques, l’âge, les caractéristiques du conjoint ou de la conjointe, la présence d’enfants’’, a indiqué Me Patrice Kimou. Pour rappel, le Cabinet PSK-Avocats est un cabinet à vocation généraliste, il a été créé par Me Patrice Kimou, diplômé de l’école du barreau de Montréal et de l’université de Montréal. D’origine Ivoirienne, ce brillant avocat est également titulaire d’un Master 2 en droit des contentieux de l’université de Reims (France) et d’un diplôme en criminologie de l’université d’Abidjan-Cocody (Côte d’Ivoire). Ce cabinet travaille en collaboration avec Me André Faye, docteur en droit à l’université de Reims en France et Enseignant à l’université de Montréal à Québec (UQAM) et de Me Sira Coulibaly, titulaire d’une maîtrise obtenue en France.

GZ avec Sercom

En lecture en ce moment

UE-Magic Tour : La ville de Korhogo accueille la caravane

Didier Drogba ‘’ Nous avons encore beaucoup de choses à améliorer en matière d'agriculture en Côte d'Ivoire ‘’