Éducation nationale, enseignement technique et formation professionnelle : un budget de plus de 1011 milliards FCFA pour 2021





Education nationale,enseignement technique,formation professionnel,budget,1011 milliards FCFA,Assemblée nationale


La ministre de l'Éducation nationale, de l’Enseignement technique et de la Formation professionnelle, Kandia Camara, était devant la Commission des affaires économiques et financières de l’Assemblée nationale, pour présenter son budget-programme. On retiendra de sa présentation que, pour l’exercice 2021, ce ministère a besoin de 1 011 900 662 454 FCFA pour dérouler son programme.
Ce budget, comme l’a expliqué le ministre, se décline en 5 points. 42.230.723.683 FCFA réservés à l’administration des affaires, 593.381.314.998 FCFA pour l’enseignement préscolaire et primaire et 367.064.812.315 FCFA pour l’enseignement secondaire général. L’alphabétisation et éducation non-formelle et l’enseignement secondaire général bénéficieront respectivement de 559.659.630 FCFA et 8.664.151.828 FCFA.
Ces charges prendront en compte les charges liées aux personnels (783 234 631 905 soit 77,47 %), aux biens et services (34 529 875 653 soit 3,41 %), aux transferts (144 572 334 559 soit 14,29 %) et aux investissements (49 563 820 337 soit 4,90 %).
Concernant les perspectives pour la programmation 2021-2023, la ministre Kandia a fait savoir qu’il s’agira de poursuivre le recrutement des enseignants du primaire et du secondaire pour combler le déficit, d’améliorer la capacité d’accueil dans le public par la poursuite et d’achever des programmes de construction en cours. Au niveau du primaire, le gouvernement entend atteindre 40 jours de fonctionnement des cantines scolaires ; le budget actuel permettant de faire fonctionner les cantines pendant 18 jours sur les 120 jours d’école. Il s’agira également de poursuivre et renforcer les mesures liées à la gratuité, à savoir la distribution de kits et manuels scolaires, des mallettes pédagogiques, la fourniture de vivres dans les cantines et internats et de maîtriser les frais d’écolage du privé par la mise en place d’un système de contrôle électronique des élèves affectés dans les établissements du secondaire privé (déjà mis en œuvre dans 6 DREN pilote : les 4 d’Abidjan, Dabou et Odienné, etc.

Modeste KONE

En lecture en ce moment

Covid-19 : la psychose de la maladie crée des affrontements à Azaguié

CAF: Drogba et Eto collaborateurs officiels d’Ahmad Ahmad