Vaine stratégie







Comme s’ils s’étaient passé le mot, des activistes du net à la réputation surfaite et certains journalistes de la presse étrangère n’ont de cesse de lancer de façon péremptoire que le candidat du Rhdp serait impopulaire. Sur quoi repose leur assertion ? Rien de concret.  A force d’écumer les salons feutrés des opposants d’Abidjan, ils ont fini par prendre les rêves de ces derniers pour de la réalité. Si Amadou Gon Coulibaly est impopulaire, qui en face de lui, est aujourd’hui capable de le battre dans les urnes ? Motus et bouche cousue. La réalité du terrain aujourd’hui est que de tous les candidats déclarés, il est le seul qui a un appareil bien structuré, implanté sur l’ensemble du territoire national. Certains sont cantonnés à Abidjan et dans leur région d’origine et croient naïvement qu’ils sont populaires. D’autres ont tout misé sur les réseaux sociaux où leurs millions d’abonnés camerounais, gabonais, congolais leur font croire qu’ils sont majoritaires au pays d’Alassane Ouattara.Tous ces individus qui sous-estiment le « Lion » du Rhdp devraient dire merci au coronavirus qui a plombé le déploiement du président Ouattara sur l’ensemble du territoire pour vendre le candidat qu’il a préparé pour assurer la continuité de l’immense œuvre qu’il a abattue en si peu de temps. La légende entretenue sur la prétendue impopularité de Gon est une stratégie visant à lui denier sa victoire qui s’annonce éclatante au soir du 31 octobre 2020.  Mais personne n’est dupe. Ça se voit à l’œil nu. Si tant est qu’AGC n’est pas populaire pourquoi un tel acharnement sur sa personne ? Il est devenu le chou gras des opposants et leurs canards. S’il n’était pas populaire, ils devraient plutôt applaudir son choix par le Rhdp vu qu’il serait facile à battre. De la même manière que c’est aux arbres fruitiers qu’on jette des pierres, le Premier ministre est dans l’œil du cyclone parce qu’il est de loin le meilleur produit dont dispose le pays pour maintenir la barre.  A juste titre, ils ne font aucun quartier à Gon, même dans la crise du Covid-19. Depuis plus d’un mois, nous assistons à des dons tous azimuts en vue de soulager les populations. Chaque donateur signe ses œuvres. Charles Konan Banny, Guillaume Soro, Tidjane Thiam, l’Ong Servir de Mme Bédié, le groupe Nsia, Carré d’Or...ont fait des dons. Toutes les offrandes portent le logo ou le nom du donateur. Ici tout le monde le fait et cela ne dérange personne. Il a fallu qu’on voie l’image de Gon pour que les gens piquent des crises d’urticaire. C’est de bonne guerre. A l’image de la caravane qui avance malgré les aboiements du chien, Gon et ses équipes doivent avancer et ne pas tomber dans le piège des adversaires qui veulent freiner leur marche vers la conservation du pouvoir. Toute l’agitation en cours a pour objet de retarder le processus électoral afin que les délais constitutionnels ne puissent pas être tenus. Leur objectif n’a pas varié : ils sont engagés dans la recherche de ce qu’ils appellent « vide constitutionnel » afin de réclamer la mise sur pied d’une transition dans le pays. Ce stratagème a été bien perçu par le gouvernement qui met tout en œuvre pour boucler le processus d’identification et le processus électoral. Ailleurs, malgré le Covid-19 et ses ravages, les élections ont lieu. Pourquoi la Côte d’Ivoire devrait être une exception ?

 

MT

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Choix de l’AFI: Cyrille Domoraud dit sa part de vérité

Emmanuel Eboué se remarie ce samedi.