Soixante tonnes de cajou en partance pour le Ghana saisis par la douane à Mazanouan





Noix de cajou,Fuite du cajou


Soixante tonnes de noix de cajou d’origine ivoirienne, transportées par deux camions de 30 tonnes chacun pour le Ghana voisin, ont été saisis le 5 février dans la ville de Manzanoua, département d’Agnibilékrou (Est, région de l’Indénié Djuablin) par les éléments de la direction régionale des douanes d’Abengourou.

Les deux camions s’apprêtaient à franchir la frontière de la Côte d’Ivoire aux environs de 3h du matin quand ils ont été intercepté dans la ville frontalière de Manzanoua et conduit à Abengourou. Ils ont été présentés, jeudi, aux autorités de la ville.

Selon le directeur régional des douanes d’Abengourou, Lieutenant-colonel Sanogo Ousmane, c’est grâce à un appel anonyme que la douane locale a pu déployer sa stratégie pour épingler les contrebandiers « qui manifestement se dirigeaient vers le Ghana ». Il estime que l’heure à laquelle les camions ont été interpellés n’est pas, une heure, indiquée pour le transfert des marchandises dans un magasin sur le territoire ivoirien.

« Ces camions tombent sous le cas de la fraude d’exportation de noix de cajou », a fait remarquer le directeur de la commercialisation coton anacarde, Mamadou Doumbia. Au nom de la direction générale des douanes, il a félicité le directeur régional d’Abengourou, ses collaborateurs et les forces de l’ordre mobilisés pour la lutte contre l’exportation illicite de la noix de cajou.

M. Doumbia a rappelé que, selon la loi, les contrebandiers courent une peine de 10 ans d’emprisonnement. Ils verront leurs moyens de transport saisis et leurs produits seront remis au comité de veille du conseil coton anacarde.

Les douanes ivoiriennes ont déjà enregistré près de 10 saisies dont certaines par le bataillon de sécurisation de l’Est au niveau de Bondoukou, par la gendarmerie et l’escadron de Bondoukou et la gendarmerie d’Agnibilékrou.
La campagne anacarde a été ouverte depuis le 6 février et est en cours. Le gouvernement a fixé à 400 francs CFA le kg de noix de cajou bien séché, bien trié et ne comportant aucune matière étrangère.
(AIP)
nam/fmo

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Guillaume Soro pleure Wattao

Fête de travail/Cherté de la vie : la FESACI dénonce le coût élevé du ciment malgré l’existence de nombreuses cimenteries