Réassurance en zone CIMA : Les acteurs instruits sur la cession légale au 1er franc de la CICA-RE





Réassurance,zone CIMA,cession légale au 1er franc,CICA-RE,séminaire


La Compagnie commune de réassurance des Etats membres de la Compagnie interafricaine de marché d’assurance (CIMA) (CICA-RE) organise du 28 au 29 novembre 2019 un séminaire à Abidjan autour du thème : « La cession légale au 1er Franc de la CICA-RE : Enjeux et modalités pratiques de fonctionnement ».
A l’ouverture des travaux de cette formation au profit des partenaires de la CICA-RE, jeudi, le directeur général de cette compagnie, Jean Baptiste Kouamé, est revenu sur les centres d’intérêt de ce séminaire.  Expliquant qu’il permettra de clarifier à l’attention des participants l’articulation entre les deux modes de cession (cession sur traités et cession au 1er franc0). Ce sera également l’occasion de présenter le cadre juridique du fonctionnement du Traité de cession légale au 1er franc tel que défini à partir des résultats obtenus à la suite des larges consultations organisées auprès du marché et des directions nationales des assurances à cet effet, d’autre part.
La cession légale au 1er franc, a-t-il expliqué, est l’un des instruments privilégiés concédés par les Etats à la Compagnie commune de réassurance des Etats membres de la Compagnie interafricaine de marché d’assurance (CIMA), membres de la CICA-RE. Non seulement pour lui permettre d’assumer convenablement son mandat, mais aussi pour atteindre des objectifs.  Il s’agit notamment d’augmenter la rétention des primes dans la zone CIMA, mais aussi d’accroitre, dans une certaine mesure, la mutualisation des risques par rétrocession aux réassureurs et compagnies d’assurances de la zone d’une part des affaires dépassant la capacité de la CICA-RE. Enfin, il lui appartient de favoriser la création d’une base de données assurantielles.
Toutefois, clarifie Jean Baptiste Kouamé, la cession légale concédée à la CICA-RE depuis sa création ne l’empêche nullement de développer des acceptations conventionnelles grâce aux actions commerciales à la dimension du niveau de concurrence qui caractérise la pratique de la réassurance en zone CIMA et au-delà.
Au titre de l’exercice 2018, le DG a rappelé que les affaires provenant de la cession légale n’ont représenté que 17,63% du chiffre d’affaires total de la compagnie contre 18,66% en 2017.
Pour rappel, la CICA-Re est une compagnie communautaire créée par les Etats pour contribuer, grâce à la réassurance active et la rétention des primes dans tous les Etats membres, au développement économique et social de ces pays.

Modeste KONÉ  

En lecture en ce moment

Agressions sur des femmes policiers : Un gendarme et un élément du GSPR devant le parquet militaire

Football: Didier Drogba, candidat pour la présidence de la FIF