Mangoua Jacques, toi aussi ?







L’actualité  politique en Côte d’Ivoire a été dominée la semaine dernière par ‘’l’affaire’’ Mangoua Jacques, une découverte à son domicile de Bouaké où il est le président du Conseil régional, d’un important arsenal de guerre, soigneusement dissimulé dans un coin de son richissime domicile situé dans la capitale du V Baoulé. Une découverte bien insolite qui soulève un tollé général au sein des populations de ce pays, éprises de paix. Naturellement, ceux qui roulent contre la paix et la stabilité retrouvées aux prix  de mille sacrifices, sont ceux qui crient à un complot, un procès politique et une parodie de justice, en fermant les yeux sur ces armes de guerre découvertes au domicile de l’un des Vice-présidents du PDCI-RDA, le parti dirigé, ‘’les mains dans des gants de fer’’ par le ‘’patriarche’’ de Daoukro, l’ancien Chef de l’Etat, Aimé Henri Konan Bédié. Une affaire de ‘’flagrant délit’’, jugée le jeudi 3 Octobre 2019 par le Tribunal de Première instance de Bouaké. L’auteur de cette détention illégale d’armes de guerre, a écopé de 5 ans de prison ferme. Alors questions aux ‘’négateurs’’ pluriels dans les rangs de l’opposition significative au régime Ouattara. Que faisaient ces tonnes d’armes de guerre soigneusement stockées à son domicile ? Etait-ce pour chasser des oiseaux dans le District du Gbékè ? Une nouvelle rébellion qui devait partir de Bouaké, était-elle en gestation? Devant l’immensité de cet arsenal de guerre, le PDCI-RDA veut-il nous dire que c’étaient tout simplement des ‘’jouets’’ à distribuer aux enfants des démunis de la région pour la fête de Noël le 25 décembre 2019 ? La coïncidence avec la date du coup d’état du 24 décembre 1999 paraît en filigrane comme s’il y avait un mauvais coup en préparation contre les Institutions   de la République. En faisant un retour en arrière aux menaces et invectives du ‘’patriarche’’ de Daoukro depuis Paris, il y a de cela deux mois maintenant, on se demande si le ‘’sphinx’’ de Daoukro n’était pas au courant de quelque chose, ‘’un caillou sous ses pieds’’, prêt à être lancé pour ‘’briser’’ ce pouvoir ? Or donc, c’est à cause de cet armement que le président du PDCI-RDA se montrait hier depuis Paris, très menaçant envers le pouvoir d’Abidjan ? C’est un pas qui a été très vite franchi par des observateurs avisés de la scène politique en Côte d’Ivoire. Mais pour notre part, nous osons croire que le ‘’sphinx’’ de Daoukro n’est pas du tout concerné et que le sieur Jacques Mangoua a agi seul et pour son propre compte. Etait-ce un coup de pouce à des ambitions politiques cachées pour 2020 ? Il a été pris la main dans le sac et condamné à 5 ans de prison ferme. Il doit être en train de méditer dans sa cellule de prison sur  cette grave faute politique : le pouvoir par les armes et non par le verdict des urnes. Une leçon de sagesse politique à méditer par tous ceux qui seraient gagnés demain par la démangeaison de la prise des armes  pour ‘’mélanger ‘’ ce pays.

Bonne lecture et à lundi prochain, inch’Allah !

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Autosuffisance en riz : de nombreux défis à relever (Ministre)

Eliminatoires Can 2019/ Le programme de la 5e journée