Gestion des finances publiques : La Côte d’Ivoire bascule vers le budget-programme





Côte d'Ivoire,budget,gestion des finances publiques,budget-programme


Le budget basé sur les moyens ne sera plus appliqué en Côte d’Ivoire à partir de 2020, le pays ayant décidé de basculer vers le budget-programme, a annoncé, ce mercredi, le port-parole du gouvernement, le ministre Sidi Tiémoko Touré, au terme du Conseil des ministres.
"A la différence de la budgétisation basée sur les moyens, appliquée depuis les indépendances, la Côte d’Ivoire va basculer vers le budget-programme qui marquera la mise en œuvre effective de la 2e génération des réformes initiées par l’UEMOA dans la gestion des finances publiques", a annoncé le ministre de la Communication et des Médias.
Ainsi, selon lui, le Conseil des ministres a adopté un projet de loi de finance portant budget de l’État pour l’année 2020. Ledit budget est structuré en 35 dotations et 149 programmes budgétaires. Le budget 2020 s’élève donc à 8 061 milliards FCFA, soit une progression de 9,9 %. Les recettes et dépenses prévues en 2020 s’élèvent respectivement à 4 379,5 milliards FCFA et 5 807,2 milliards FCFA. Les ressources et charges de trésoreries sont prévues à 2 921,8 milliards FCFA et 1 494,1 milliards FCFA. "L’équilibre devrait s’établir à 8 432,6 milliards FCFA et 9 383,1 milliards FCFA respectivement en 2021 et 2022", précise le ministre Touré.
Le porte-parole du gouvernement a indiqué que l’annexe fiscale a été élaborée autour de 6 axes stratégiques que sont l’amélioration de la productivité des secteurs d’activité, la favorisation de l’investissement dans le cadre de la transformation structurelle de l’économie, l’amélioration de l’attractivité des investissements directs étrangers, la promotion du développement des PME, la favorisation du développement territorial équilibré et l’amélioration à la propriété foncière.

Modeste KONE

En lecture en ce moment

Cacao : Le nouveau mécanisme de fixation des prix semble ne pas faire l'unanimité

PSGouv (2019-2020) : Des résultats “concrets et palpables” au premier semestre 2019 (Gouvernement)