Tensions à Béoumi : un recensement des victimes en cours pour leur indemnisation





Conflit interethnique,Béoumi,recensement des victimes


En médiation dans la crise intercommunautaire à Béoumi, le ministre Sidi Tiémoko Touré, député de la circonscription, a lancé une opération de recensement de toutes les victimes des affrontements entre les communautés Malinké et Baoulé en vue de leur indemnisation.

Deux sites ont été retenus, la sous-préfecture pour les victimes Malinké et la mairie pour la communauté Baoulé. Cette opération, présidée par le préfet du département, Djedj Mel, a démarré dimanche pour s’achever ce mardi.

Au deuxième jour du recensement, lundi, 291 victimes de toutes sortes (pertes en vies humaines, commerces, maisons, boutiques et maquis incendiés, véhicules endommagés ou brûlés, volailles et bétails volés…) étaient enregistrées.

Le sous-préfet de Béoumi, Cyrille Aka Gaurens, a fait le point en milieu de journée, lundi, mais il estime que la liste n’est pas encore exhaustive parce que des victimes dans les hameaux et villages ne sont pas encore informées de ce recensement.

Les deux parties au conflit sont « unanimes » sur la « nécessité » de recenser les victimes après les dégâts causés par le conflit.

« J’ai perdu plusieurs têtes depuis le début de ce conflit. Que le gouvernement nous aide à reprendre nos activités », a plaidé Traoré Siaka, éleveur de bœufs.

Eleveur de pondeuses, Kouadio Armand « félicite » le ministre Sidi Touré et l’« encourage » pour l’opération de recensement en cours. « Je suis dans la même situation que plusieurs autres personnes des deux camps qui ont perdu beaucoup. Toute ma ferme a été pillée le même mercredi de 14h à 18h. Mes 3000 pondeuses ont été emportées », a-t-il déploré.

Les affrontements survenus les 15 et 16 mai ont fait officiellement 9 morts et 94 blessés.

(AIP)

nyl/aaa/fmo

En lecture en ce moment

Aucun chef de village du Bounkani ne dispose d’un d’arrêté de nomination (DR Agriculture)

La semaine du non-lieu à la Cpi