Bureau de l’Assemblée nationale : un autre député PDCI dit "non" à Amadou Soumahoro





Assemblée nationale,Bureau,refus de siéger,député PDCI,Amadou Soumahoro


Le député issu du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI-RDA, opposition) de Gboguhé et Zahibo  (Daloa), Jean Likane Yagui, nommé vice-président de l’Assemblée nationale, a décliné l’offre d’Amadou Soumahoro, arguant que son parti, le PDCI n’a pas été consulté ni donné son accord.

Cette décision intervient après une rencontre entre le député et le Henri Konan Bédié, à Daoukro. 
Après les députés Camara Kinaya Juliette de la circonscription électorale de Katiola,  Fronan et  Timbé commune, et sous-préfecture, et Anigo épse Attoungbré Affoué, de la circonscription de Brobo,  Mamini et Bouaké sous-préfecture, issues du groupe parlementaire PDCI, c’est donc un 3e député du parti d’Henri Kona Bédié qui refuse de siéger dans ce nouveau bureau de l’Assemblée nationale.

Ci-dessous le courrier adressé à Amadou Soumahoro.
Vous avez bien voulu proposer ma nomination au sein du bureau de l’Assemblée nationale en qualité de vice-président. Je vous remercie pour cette marque de confiance. Toutefois, je constate que contrairement à la pratique parlementaire le groupe parlementaire PDCI-RDA auquel j’appartiens n’a pas été consulté ou pas donné son agrément à la proposition de nomination que vous me faites.

Je vous rassure qu’en ma qualité d’élu de la nation, je serai toujours disponible pour apporter ma contribution à la bonne marche de notre Iinstitution. Dans cet esprit, je vous saurai gré de bien vouloir prendre attache avec le président de mon groupe parlementaire afin de renouer le dialogue dans l’intérêt supérieur de la Nation.

Pour l’instant, je suis donc dans l’obligation de ne pas donner une suite favorable à votre proposition de me nommer au sein du bureau de l’Assemblée nationale. 

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

Jean Likane Yagui

En lecture en ce moment

CPI : "Laurent Gbagbo ne méritait pas 8 années de sa vie gâchées par les machinations de la France" (Rawlings)

Sécurisation communautaire: 130 armes et 210 munitions collectées par la ComNat-ALPC à Séguelon, Tiémé, Gbonga et Tiensekoroni