L’Agence de soutien et de développement des médias dote 30 entreprises de presse en ligne en matériel multimédias





lagence-de-soutien-et-de-developpement-des-medias-dote-30-entreprises-de-presse-en-ligne-en-materiel-multimedias


L’Agence de soutien et de développement des médias (ASDM), ex Fonds de soutien et de développement de la presse (FSDP) a doté, ce vendredi 2 décembre 2022, au cours d’une cérémonie tenue au siège de ladite agence, 30 entreprises de presse en ligne en matériel de travail.

Ces 30 entreprises, légalement constituées, membres du Réseau des professionnels de la presse en ligne de Côte d’Ivoire, dont la Société des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (SEPCI), éditrice du portail numérique Pessecotedicvoire.ci, ont reçu, chacune, du matériel de travail composé de deux ordinateurs portables, un micro-enregistreur, un appareil photo professionnel, deux Wifi pockets et 120.000 FCFA de recharge internet pour un montant total de 90 millions de FCFA.

Le 28 février 2022, 25 entreprises de production d’information numériques avaient reçu des dons d’équipement en matériel informatique et multimédia pour un montant total de 75 millions FCFA. Ce qui porte à 55, le nombre total d’entreprises équipées, pour un montant cumulé de 165 millions F CFA, a rappelé le directeur général de l’ASDM, Méité Sindou.

Le président du Repprelci, Sermé Lassina, a remercié le gouvernement pour avoir érigé le FSDP en ASDM, élargissant le champ d’intervention de cet organisme public à l’ensemble de l’écosystème des médias dont les producteurs d’information numériques ou presse en ligne et exprimé, en outre, sa reconnaissance au nouveau directeur de l’ASDM qui a accepté que les projets engagés par la défunte FSDP aillent à leur terme.

Aux bénéficiaires, le président du Repprelci a rappelé que l’Etat en acceptant de financer ce matériel à travers l’ASDM leur donne un coup de pouce dans le cadre de leur structuration, organisation et développement.

« C’est pourquoi, il nous appartient d’en faire bon usage à l’effet de voir l’impact réagir sur l’entreprise et par ricochet, sur les agents, les travailleurs. C’est à cette seule condition, d’utilisation parcimonieuse des ressources matérielles mises à notre disposition que nous encouragerons l’Etat à continuer à nous aider », a appelé M. Sermé.

Le successeur de Barthélémy Kouamé (1er président) et David Youant a saisi l’occasion pour appeler à l’union autour du Repprelci. « Il est grand temps, qu’à l’unissons, nous fassions le diagnostic de notre sous-secteur à l’effet d’identifier les défis qui se dressent devant nous pour que l’ASDM nous aide à les relever », a-t-il invité.

Le directeur général de l’ASDM, tout en exprimant sa gratitude au ministre de la Communication et de l’Economie numérique pour la sollicitude et les attentions dont l’agence a toujours bénéficié de sa part a rappelé que le passage du FSDP à l’ASDM est le pur produit de la vision du chef de l’Etat qui selon lui, est bien informé de la détresse du secteur de la presse.

Et d’ajouter qu’avec le passage du FSDP à l’ASDM, le président de la République a instruit le gouvernement de mettre en route deux chantiers urgents, à savoir, intensifier la réponse de l’Etat face aux difficultés du secteur et d’élargir le champ de bénéficiaires notamment avec les télévisions et les radios privées et la presse numérique.

« Compte tenu des dispositions du nouveau décret, pris par le président de la République le 4 mai 2022, pour instituer l’Agence de soutien et de développement des médias, le Repprelci et avec lui, toutes les entreprises ivoiriennes d’information numériques deviennent automatiquement et directement éligibles », a rappelé Méité Sindou, assurant que le président de la République est au côté de la presse et aux côtés de tous les acteurs de l’audiovisuel. L’Etat de Côte d’Ivoire vous accompagne.

Tout en exhortant les entreprises du numérique à s’organiser à se formaliser pour se conformer à la loi,  il a insisté qu’en dotant les entreprises en matériel, l’Etat entend leur donner les armes pour réussir leur passage dans le nouveau monde, le numérique. Qui selon lui, est une chance pour la renaissance de tout l’écosystème ivoirien des médias et de la production audiovisuelle.

Toutefois, il a relevé deux défis que ces entreprises se doivent de relever. La question du modèle éditorial : savoir quel contenu pour quel public. Le second défi, c’est la question du modèle économique des médias qui sont des concepts encore mal maitrisés pour tous.

Lambert KOUAME 

En lecture en ce moment

Ponts piétons : malgré la sensibilisation, les populations continuent la traversée à risque

Plan national de développement 2021-2025 : les recommandations de la société civile