Autonomisation et insertion professionnelle : Une entreprise de téléphonie mobile au secours de 75 jeunes filles





autonomisation-et-insertion-professionnelle-une-entreprise-de-telephonie-mobile-au-secours-de-75-jeunes-filles

Les bénéficiaires en compagnie des donateurs



Dans un communiqué dont pressecotedivoire.ci a reçu copie, 75 jeunes filles porteuses de bagages dans les marchés d’Abobo, d’Aboisso et de Yamoussoukro ont reçu une subvention de la société de téléphonie mobile MTN CI, à travers son projet « y’ello Girlz », afin de leur permettre de pratiquer une activité génératrice de revenus, dans un environnement sain et adapté à leur statut. 

Au cours de la cérémonie qui s’est déroulée ce mercredi 30 novembre 2022, au sein de SOS Village d’Enfants d’Abobo, partenaire du programme qui est à sa 2e édition, les organisateurs ont expliqué que la formation s’étendra sur 12 mois. Ainsi, les bénéficiaires pourront apprendre la pratique des métiers tels que la couture, la coiffure et  la pâtisserie. Tout en renforçant leur maîtrise de l'outil digital pour le bon déroulement de leurs activités entrepreneuriales et leur communication. 

« Aujourd’hui,  en permettant à ces jeunes filles d’abandonner le port de bagage dans les marchés grâce à ces formations et leur installation dans un environnement et métier dignes et adaptés, nous leur donnons la chance de changer positivement leur destin », a déclaré la secrétaire Générale de l’entreprise donatrice, Madame Natenin Coulibaly, lors de la remise symbolique des équipements, composé de 81 smartphones de 3 Homebox et d’une connexion internet dédiés à leur formation digitale.

En plus de la formation, cette année 2022, 20 d’entre elles auront l’occasion d’animer un point de vente en plus de l’accompagnement financier, technique et matériel de leur nouveau métier. 

A travers ces activités, MTN Côte d’Ivoire dont l’appui technique et financier s’élève à 10 millions de francs FCA et son partenaire, comptent lutter activement contre la déscolarisation de la jeune fille et favoriser son insertion socioprofessionnelle pour la mettre à l’abri de toutes formes de métier d’exploitation et favoriser son épanouissement personnel.

Solange ARALAMON

 

.

 

 

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Organisation du secteur informel : Une ONG veut venir en aide aux opérateurs

Evaluation des politiques publiques : Un atelier pour renforcer les capacités des acteurs