Au revoir l’immortel !







J'en perds mon latin. Par simple syllogisme aristotélicien, hélas: Tout homme est mortel. Or Bernard B. Dadié est un homme, donc Bernard B. Dadié est mortel. Hélas, adieux l'immortel ! Bernard Dadié, aucune ligne de son œuvre n’en fait mystère, est un écrivain engagé, au sens sartrien du terme, frontalement. Dadié est notre chance, car en plaçant, dès ses premiers vagissements, la littérature ivoirienne à une échelle aussi haute, il nous a contraints à écrire et à penser grand. Et si quelquefois, nous donnons l’illusion d’être nous aussi devenus grands, c’est parce que nous sommes constamment obligés de nous dresser sur la pointe des pieds, pour être à la hauteur de l’œuvre qu’il a posée. À ce titre, plus que l’ancêtre, Dadié est la matrice. Grâce ou à cause de sa longévité même, il représente le poteau-mitan de nos élans de grandeur et de nos errements. Il est notre miroir, à la fois bouc émissaire et sacrificateur. D’une certaine manière, Dadié est à la littérature, ce qu’Houphouët est à la politique. Selon l’universitaire nigérian Samuel Ade Ojo, «Bernard Dadié  refuse de sacrifier son style, sa conception d’homme, sa préoccupation littéraire afin de plaire au public.  Bien qu’il soit un évolué qui a subi beaucoup d’influences européennes, il refuse de s’occidentaliser mentalement ». Dissocier l’homme politique de l’écrivain dans ce cas d’espèce, c’est se refuser d’admettre l’évidence. Comme le rétorque  à juste titre, la fille de cet éminent intellectuel à quiconque veut s’aventurer dans les tréfonds de vaines polémiques. «Connaissez-vous mon père ? Aviez-vous conscience des mots pour lesquels il s’est battu et se bat aujourd’hui encore ! Ces mots sont liberté, dignité, souveraineté, est-ce à dire une indépendance réelle et non fictive. Tel a toujours été son leitmotiv. Notre dignité enchaînée par les frères d’ailleurs et de nombreux Africains qui refusent de comprendre ce que signifie la véritable dignité d’un peuple, d’une nation : sacrilège. Le rêve d’une Afrique débarrassée des chaînes d’un esclavage masqué et de la soumission : voici le but de son combat. Devrait-on soutenir avec force et conviction un combat qui n’est pas à notre image». Le combat qu’à mené Bernard Dadié ne peut être effacé de la mémoire, encore moins séparé de son image d’écrivain. Et le Président Laurent Gbagbo disait d’ailleurs de l’homme: «Bernard Dadié  est un homme qui a suscité beaucoup d’espoir. Et sa conviction, il a contribué à la défendre par sa plume. Bernard Dadié ne s`est pas contenté d’écrire de belles choses. Il a écrit utile». Pour tout intellectuel qui se respecte, on ne peut pas être un grand écrivain, si on ne défend pas une grande cause. Et de soutenir : « Il a mené le bon combat.  Il a montré à des générations entières que l`instruction, la culture et l`écriture sont les premières armes de ceux qui se battent pour la liberté ». La justesse de l’engagement de Bernard Binlin-Dadié et la noblesse de sa lutte, font de lui, un héros digne de ce nom. « Bernard Dadié est un héros. Avec lui, on peut parler de mémoire glorieuse. Cet homme est un point culminant et représente la Côte d`Ivoire culturelle. Il doit être magnifié. Il est un homme de notre renaissance. Il est un héros de notre lutte, pour la liberté », témoignait le Pr. Barthélémy Kocthi. L’œuvre de Dadié est une  œuvre pertinente, critique et lyrique,  teintée d’humour et d’ironie, qui continue sa marche moralisante. Je me souviens de ce que mon père, feu  El Hadj Seydou Gbané qui a été l’un des compagnons de Bernard Dadié, et témoignait que lui et Dadié ont fait la prison à Grand-Bassam, me disait de lui.. « Bernard est un homme de conviction. Il ne lâche rien. Il est toujours prêt à défendre les opprimés. Il a toujours assumé ses actes. Et il a toujours cru au combat».  Combattant, va dans la paix. Repose en paix cher immortel ! Vous avez mené le bon combat. Nous allons poursuivre votre oeuvre. Bonne lecture. Allons-y seulement. Haut les cœurs. La liberté vaincra. Que Dieu bénisse la Côte d’Ivoire.  A la semaine prochaine. Inch’Allah !

 

yacou06336510@yahoo.fr

Partarger cet article

En lecture en ce moment

Abidjan : Une ONG organise un atelier circulaire sur l’impact de l’Hygiène, de la Salubrité et de l’Assainissement sur le rendement commercial et scolaire

Nègreries à Fraternité Matin