Ecole du Gepci : Des journalistes stagiaires se forment à l’écriture journalistique





ecole-du-gepci-des-journalistes-stagiaires-se-forment-a-lecriture-journalistique


Une vingtaine de journalistes stagiaires, issus des organes de presse, membres du Groupement des éditeurs de presse de Côte d’Ivoire (GEPCI) ont été formés mercredi et jeudi, à la maison de la presse à l’écriture journalistique.

Ce séminaire de formation, initié par le Gepci  et financé par le Fonds de soutien et de développement de la presse, vise à améliorer le continu des journaux.

Durant deux jours, ces apprenants, sous la conduite de Zio Moussa, président de l’Observatoire de la liberté de la presse, de l’Ethique et de la Déontologie (Olped) ont été instruits sur l’écriture journalistique, les genres journalistiques, le plan et les ponctuations.

Le formateur a insisté sur l’importance de la ponctuation, qui, mal placée, peut donner un autre sens à la phrase.

Outre l’enseignement théorique, ces stagiaires ont été mis à rude épreuves avec des exercices pratiques, histoire de les aguerrir aux situations qui les attendent, tout en leur rappelant que le métier de journaliste est, certes, passionnant mais comporte des difficultés auxquelles ils devraient faire face.

Zio Moussa a par ailleurs exhorté ces apprenants à mettre en pratique ces enseignements s’ils veulent faire une bonne carrière en journalisme. Un appel qui semble bien reçu par ces stagiaires qui ont promis de mettre en pratique ces enseignements au sein de leurs différentes rédactions.

Initiées depuis 2017, ces séances de formation dénommées « l’Ecole du Gepci » est, selon le premier responsable du Groupement, Zohoré Lassane, « une réponse, parmi tant d’autres, au défi de professionnalisation de l’exercice du métier de journaliste, mais aussi de toute la chaîne de production pour une plus grande viabilité économique de la presse en Côte d’Ivoire », rappelle-ton.

Khady SANOGO (stagiaire)

Partarger cet article

En lecture en ce moment

CEI : Yousouf Bakayoko sur le départ?

Convoqués à une séance plénière, des groupes parlementaires de l'opposition disent "non" à Amadou Soumahoro