Un début de démence ?







Il ne voulait plus du tabouret. Tenaillé par des ambitions démesurées, il veut le fauteuil du ‘’Grand chef’’. Le ‘’jeune homme’’ est trop pressé, il ne veut pas attendre son heure. En remettant sa démission, il croyait dans son fort intérieur que les Ivoiriens allaient le suivre dans son ‘’aventure ambigüe’’. Silence radio ! C’est un non évènement, un pétard mouillé. La vie continue de plus belle sur les berges de la lagune Ebrié. Comme le ‘’Groupe Bénédiction’’ le chante si bien : ‘’Quand quelqu’un laisse, quelqu’un prend’’. Quelques jours après avoir remis le tablier, l’ex-chef rebelle est-il gagné par des regrets ? ce 5 mars 2019, le Bureau de l’Assemblée nationale sera entièrement renouvelé. Et il entrera dans le passé. Une page sera tournée. Mais la nuit portant conseil, l’homme éprouve des remords. Dur, dur d’être ‘’chômeur’’ comme il le prétend. C’est désormais un homme seul. Ses anciens compagnons avec lesquels il a ‘’balafré’’ hier la Côte d’Ivoire, ne veulent pas le suivre dans cette ‘’nouvelle rébellion’’ contre le pouvoir Ouattara. Ils ont tous ‘’sauté’’ du bateau conduit par ‘’Bogota’’ qui a commencé à perdre le Nord. L’homme est-il devenu infréquentable ? Bonjour l’ennui, les remords et l’aigreur. D’où ses fréquentes dérives langagières. L’homme s’oublie souvent et parle trop même. Et fait de graves sorties de route qui ont fini par agacer tout le monde. En Côte d’Ivoire, le citoyen lambda prévient que ‘’trop parler, c’est maladie’’. Autrement dit, celui qui parle beaucoup présente des signes d’une maladie non détectée, un début de démence, il doit certainement connaître ce passage biblique qui dit : ‘’La langue qui parle beaucoup, ne manque pas de pêcher.’’ Le ‘’soldat perdu’’ souffre-t-il d’un mal quelconque qui le pousse à user de menaces, d’invectives contre le régime de nos jours ? N’aurait-il pas sérieusement besoin d’une assistance médicale ? Non, il n’est pas dans le besoin. Il est fort riche ! Même sans être président de l’Assemblée nationale de Côte d’Ivoire, il continue de coûter cher au Budget et Portefeuille de l’Etat : Ancien ministre,  puis ex-Premier ministre, ex-Président de l’Assemblée nationale, député de Ferkessédougou. Un beau protocole qui peut lui permettre de s’assurer les services des meilleurs médecins du monde. Tout ça, c’est hors de ce que l’ex-rébellion lui aurait rapporté comme richesses. Que ceux qui vont, ô comble d’ironie, lui faire des dons de sacs de riz se ravisent. C’est le ‘’chômeur’’ le plus ‘’fortuné’’ de la Côte d’Ivoire. Et il ne peut inspirer une quelconque pitié. Ce qui lui manque, ce sont les honneurs : gyrophares, longs cortèges et bains de foule. Ce sont ces choses qui sont les motifs de ses sorties musclées contre le pouvoir. Les raisons de son mal actuel se trouvent dans la privation de tous ces avantages. D’où ses piques quotidiennes et de façon désordonnée contre ce régime qui lui a tout donné hier. Au lieu de manifester de la reconnaissance envers tous, c’est plutôt de l’ingratitude qui est servie à ses bienfaiteurs d’hier. Espérons que ce ‘’soldat perdu’’ descendra de son arrogance, mépris et défiance qui ont fini par ternir son image pour redevenir ‘’fréquentable’’ comme par le passé.

 

Bonne lecture et à la semaine prochaine, inch’Allah !

En lecture en ce moment

Côte d’Ivoire/ Un homme retrouvé mort par pendaison

Une tempête dans un verre d’eau !